Burlesques Associés

Bande Annonce  « La Nuit de Madame Lucienne » Cliquez sur l’affiche

Mise en scène

Jean Hervé Appéré

Guillaume Collignon


Lumières : Rémi Saintot

Costumes : Delphine Desnus

Masque : Stefano Perocco


Avec


Guillaume Collignon

Jean Hervé Appéré

Pauline Paolini

Rémi Saintot

« La Nuit de Madame Lucienne » de Copi


"Ma pièce ressemble à un oignon qu'on pèle" disait Copi et en effet, au fur et à mesure du déroulement de cette nuit inquiétante, le spectateur épluche les masques successifs de la fiction au gré d'une mise en abîme délirante.


L'argument


Ambiance nuit dans un théâtre : un machino, une comédienne et un auteur-metteur en scène répètent une sorte de journal télévisé philosophico-grotesque. On est à une semaine de la première et rien n'est prêt. Lorsque le téléphone les surprend, un premier épluchage propulse les personnages dans une autre pièce ! La répétition n'est pas celle qu'on croyait. Et ainsi de suite. Chaque nouveau "coup de théâtre" brouille un peu plus les pistes : l'aspirateur de la femme de ménage, l'apparition d'une ex-danseuse du Crazy Horse, un cadavre dans le placard, un pistolet chargé... etc, jusqu'au dénouement final... qui se révèle ne pas l'être, final.


Une "Nuit baroque"


Si "La Nuit de Madame Lucienne" apparaît comme un thriller délirant et jubilatoire, elle est aussi un témoignage acide sur le théâtre, sa pratique, ses manies, sur l'inspiration ou plutôt sur le manque d'inspiration de l'artiste. Cette "Nuit" va disséquer la vanité du désir, la confusion des sens et des sexes pour finalement ridiculiser la mort elle-même en la répétant ad libitum.


Une "Nuit" baroque, au sens profond du terme, pendant laquelle cruauté, suspens et rires se mêlent dans une valse de faux-semblants et de quiproquos burlesques. Un spectacle rare où l'imagination fait voler en éclat le vraisemblable pour le plus grand plaisir d'un spectateur venu là pour se divertir avant tout, réfléchir après tout. Un spectacle qui malgré un scénario labyrinthique raconte une histoire accessible au plus grand nombre à partir de 11 ans.


Un spectacle Burlesques Associés garanti


Burlesques Associés aborde pour la deuxième fois, après "1929", un texte contemporain en essayant d'y apporter sa maitrise du burlesque, son aptitude à susciter l'émotion comme le rire.


Comme toujours chez Burlesques Associés, les comédiens ont la part belle, le spectacle reposant essentiellement sur l'imagination et la fantaisie de chacun tout en collant au texte (écriture contemporaine oblige). Chaque couche d'épluchure rencontrée appelle un niveau de jeu différent : sur un claquement de pistolet ou de voix, d'aspirateur ou de téléphone l'acteur passe d'un réalisme convenu à une parodie jubilatoire, explorant ainsi le grand-guignol, le clown et le mélodrame avec un égal bonheur.


Les 4 acteurs, qui sévissent aussi dans "Monsieur de Pourceaugnac" de Molière, essaient de savoir tout faire : mimer, faire de la magie comme de l'acrobatie, jongler, chanter, jouer cuivres et ukulélés, percussions et harmonicas... en résumé apporter cette touche saltimbanque qui est propre à la compagnie, cette richesse burlesque que nous fréquentons avec passion que ce soit à travers la commedia dell'arte, la farce de Molière ou le cinéma burlesque des origines.