Burlesques Associés

1929 ou Moustic et Mastoc font du cinéma (d’épouvante)

de Jean Hervé Appéré et Guillaume Collignon

Création « Mois Molière » 2011

Spectacle Nominé aux « Devos de l’Humour » 2012





                  Spectacle soutenu par la


Équipe artistique



Collaboration artistique

et Pantomimes

Valérie Bochenek


Masques                    

Stefano Perocco


Costumes

Oriane Hamel


Lumières

Rémi Saintot


Conseiller musical                        

Vincent Boisseau


Bande son originale

Zygos & Burlesques Associés





Distribution


Guillaume Collignon : Moustic















Jean Hervé Appéré : Mastoc




Argument


Nous sommes en 1929, avant que la crise ne s’abatte sur l’Amérique, en pleine prohibition. Moustic et Mastoc vivent de petits boulots et de petits larcins. Après un séjour en prison, dont ils s’évadent de manière rocambolesque, ils s’exilent en Californie, pensant s’enrichir rapidement, en gagnant le grand prix des premiers Academy awards. Ils décident de produire un film d’horreur, 1 bobine, avec pour toute équipe artistique, eux-même. Malgré leurs efforts comme comédiens, techniciens, musiciens, le film est un naufrage, le muet n’est plus à la mode, et la crise s’est invitée avant le clap de fin.


Notre envie était de rendre un hommage au derniers feux du cinéma muet (Le parlant apparaît en 1928 ; en 1929 sont tournés les derniers films muets), les court-métrages des Chaplin, Keaton, Laurel et Hardy et consorts comme les films de Murnau ou Fritz Lang.


Le spectacle


Le spectacle s’articule sur plusieurs espaces imaginaires, soulignés et dessinés par la pantomime : Prison, tunnel d’évasion, studio de cinéma, studio d’enregistrement pour bande son et salle de projection.


La fantaisie propre au duo Mastoc et Moustic est toujours là : improvisations (verbales, gestuelles et musicales ; La pseudo projection finale, Moustic ayant oublié de mettre de la pellicule, est un ballet accéléré sur une musique qui rappelle celle créée devant le public dans les scènes précédentes, utilisation du public (sans le mettre en difficulté pour autant comme dans « Molière malgré lui »), utilisation des masques pour aborder les métamorphoses qui jalonnent le spectacle.


Une pointe de commedia dell’arte, une pincée de pantomime, quelques pointes de musique en direct (Cuivres divers) et surtout comme toujours avec Mastoc et Moustic, des kilos de burlesques. Un spectacle qui, sous son abord jubilatoire et clownesque, aborde la misère, la violence, la mort... etc. le tout dans une ambiance cinématographique 1920-1930 des plus poétique.


Le spectacle, interprété par deux comédiens, soutenus par un régisseur, dure une heure vingt et s’adresse à un public très large, de 8 à 100 ans, plus ou moins. Il peut être joué dans les théâtres équipés, dans les bibliothèques ou établissements scolaires... Le noir complet est vivement conseillé en intérieur comme en extérieur pour préserver la magie de certaines séquences. Le spectacle peut être joué sans équipement sophistiqué mais cette version est un peu plus courte et implique de menus changements dans l’ordre des scènes.